T’es puni d’écrans pendant 1 mois…

Je nous vois, je nous lis, « nous », parents, un peu perdus par cette nouvelle génération accro aux écrans, à nous poser les mêmes questions : « Combien de temps dois-je autoriser l’écran/l’ipad par semaine ? Ne suis-je pas trop dure ? Trop permissive ? Mon fils est accro aux jeux vidéos, dois-je complément les supprimer ? Etc.  »

Nous y allons à tâtons, testons, punissons, puis dé-punissons, laissons tomber et prenons à nouveau de belles résolutions. Chez la voisine, c’est simple, il n’y a ni télé, ni tablette, et les enfants se portent très bien ! Chez la meilleure copine de votre fille, c’est le contraire, elle y a droit tous les soirs de la semaine, et votre enfant (et ses copains, bien sûr !) pense que vous êtes les parents les plus stricts du monde.

Jamais facile de trouver le juste milieu, certains pensent que vous êtes trop durs, et d’autres trop permissives… Mais bon, les autres, on s’en fiche un peu, non ?

Ici, il y a les pré-ados de presque 11 ans, qui ne savent plus quoi faire sans écran. Ils y jouent, communiquent avec leur copains, apprennent des choses intéressantes grâce aux tutos, s’abrutissent à cause des jeux vidéos, se forment à Excel et Power Point, ou réclament déjà un compte Instagram. Et puis, il y a le petit de 3 ans, qui répète en boucle qu’il veut aller sur l’iPad pour voir Sam le Pompier sur Youtube, et que façon, c’est bon, y a de la wifi ici !!! Celui-là, il me fait bien plus peur que les grands…

Chez nous, la règle, c’est 30 mns le mercredi, et environ 2h le week-end (pour le petit, jamais plus de 20 30 mns), mais très vite, le temps déborde, explose… Je cède facilement aux « Mais c’est juste pour dessiner, lire, apprendre un truc…  » et aussi, parce que je suis fatiguée de dire « Non » tout le temps, et parce que je dois travailler, et parce qu’ils m’ont à l’usure…
L’autre jour, mon 3 ans est venu me demander de regarder un dessin animé sur l’iPad, j’ai dit non, et là, pendant presqu’une heure, il a insisté, et insisté, et a pleuré, et a insisté, et a fait une vraie crise comme il n’en avait jamais faite. Je suis devenue folle de le voir comme ça à son âge Je n’ai pas cédé et j’ai surtout vite compris que c’était son grand frère qui lui avait appris cette méthode pour que maman dise oui !!!!! Depuis, il n’a de cesse d’employer cette « méthode » qui ne fait qu’empirer les choses.

punition écranJ’étais assez très fâchée contre mon 10 ans, qui est d’ailleurs assez accro aux écrans. Et pas de chance pour lui, le livret scolaire est arrivé la même semaine, de très mauvaises notes, des mots cachés, un manque de travail impressionnant. Trop c’est trop mon fils : « Tu seras puni d’écran pendant 1 mois  » ! Je m’attendais à des cris, ou du moins à des pleurs, peut-être à un petit roulement par terre, mais non, rien de rien, juste un « d’accord » en baissant les yeux. Il avait clairement compris qu’il avait dépassé les bornes. Pour info, je n’ai encore JAMAIS puni d’écrans plus d’un week-end (et souvent, j’ai du mal à tenir), et moi-même, en disant 1 mois, je me suis tout de suite demandée si je n’avais pas été trop loin…Et soyons honnêtes, ce genre de punition peut vite devenir, en réalité, une punition aussi pour les parents !

Cela fait presque 3 semaines qu’il est puni et le changement est incroyable. Il est beaucoup moins agressif avec nous, il prend plus de temps pour faire ses devoirs, il est plus concentré en classe et même son maître lui a fait des compliments. Je ne m’attendais pas à ça du tout ! Alors oui, je pense que mise à part la punition des écrans, il fait énormément d’efforts pour se rattraper en classe et regagner notre confiance, mais quand même, le résultat est là !

Alors, pour la punition, il y a quand même des petites parenthèses, bah oui, vous n’allez pas me changer, et je ne supporte pas les choses trop extrêmes. Mais il y a le droit de temps en temps pour lire et faire des petits tutos « intelligents ».
En gros, ce sont surtout les jeux et les vidéos/dessins animés qui sont interdits, et je crois que c’est suffisant.

Le pire dans cette histoire, c’est que je ne m’attendais pas à ça, je pensais plutôt qu’il allait me supplier, insister, devenir insupportable avec tout le monde, alors que c’est complètement le contraire.

Et le pire du pire, c’est que je n’ai vraiment pas hâte que la punition soit terminée !

Mais ce qui est « sûr », c’est que je vais arrêter de me faire avoir sur le temps d’Ipad accordé ! Je ne vais plus céder aux divers caprices de cette maison, parce que la conclusion est simple : moins ils y ont droit, et moins ils y pensent…
Mouais, « pas sûr », mais bon, on continue d’y croire.

Ps : pourquoi depuis que son frère est puni d’écran, sa sœur jumelle me réclame l’Ipad beaucoup plus que d’habitude !?
Ps bis : ça y est, je sens que les effets positifs de la punition arrivent à terme…

Et chez vous, alors, ça se passe comment avec les écrans ?

3-6-9-12-

 

Et surtout la santé !

2016 s’est terminée avec le plus beau des cadeaux : bienvenue à toi petit Little Boy !
Tata depuis 15 ans, tata un jour, tata toujours, le bonheur est toujours aussi grand.

Alors on oublie que la maman de ce petit Little Boy nous a fait de sacrées frayeurs la semaine dernière. On oublie aussi ce réveillon pourri et cette fièvre si intense qui épuise mon 10 ans depuis 5 jours.

Et on se dit juste qu’on a une sacrée chance !

Que cette année 2017 soit remplie de santé, de santé et surtout de santé pour vous, pour nous, vos familles, vos amis et vos proches. Et que c’est bien le plus important.

Qu’elle soit aussi pleine de joie, d’espoir, d’amour intense, de rires d’enfants et de surprises !

Très bonne année à vous tous !

Et juste comme ça, sans raison, le petit #bestnine 2016 (les 9 photos que vous avez le plus aimées)  de coupdouble sur Instagram, qui n’est pas du tout celui auquel je m’attendais mais qui me plait quand même beaucoup et  m’a bien fait sourire !

bestnine2016

Ses 3 ans, Sam le pompier, les caprices et tout le reste…

Mon désormais 3 ans a adoré notre semaine de vacances au soleil. Mais à côté de ça, il était pressé de rentrer car il savait que quelques jours après le retour, il y aurait son anniversaire !
3 ans… Incroyable ce que le temps passe vite. Pendant toutes les vacances, je lui ai demandé tous les jours quel âge il allait avoir, mais rien à faire il me répondait à chaque fois : « 2 ans et demi » et non 3 ans. Par contre, cette année, pour la première fois, il a très bien compris la notion d’anniversaire, de fête et surtout de cadeaux !

En rentrant de vacances, dès qu’il parlait au téléphone à un membre de la famille, il demandait à cette personne si elle avait un cadeau pour lui !

Le jour J, même chose : dès que quelqu’un l’appelait pour lui souhaiter un Joyeux Anniversaire, encore et encore, il parlait de cadeaux ! La honte !
Lire la suite

Ce Vendredi 13 Novembre…

Vendredi 13 Novembre, aux alentours de 21h, j’ai hésité à sortir  pour rejoindre mes amies juste à côté de la maison. Et puis, j’ai repoussé, en me disant que je verrais un peu plus tard, quand les enfants seront couchés.
Il est 21h20, il n’y a plus de coca, me dit mon mari… C’est bon, nous en achèterons demain, il n’y a pas d’urgence, non…

Il est environ 21h30 quand les enfants arrivent en sautant dans le salon, le sourire aux lèvres et les yeux pétillants. Ils se jettent à la fenêtre en disant : « Il y a un feu d’artifice dehors, vous entendez ? ». Les bruits se répètent, ça ressemble plutôt à des gros pétards. Je leur dis que c’est surement des jeunes qui s’amusent dehors… C’est un peu long et je suis surprise par le bruit si fort de ces pétards, mais 5 minutes après, tout est redevenu très calme dans la rue. Nous n’y pensons plus, et couchons les enfants.

Je n’ai plus vraiment la force de sortir, j’hésite…j’attends…10 ou 15 minutes se sont écoulées depuis les pétards.
J’entends une sirène de pompier au loin, je n’y fais pas vraiment attention, puis une 2ème, puis plus rien…
La 3ème et 4ème sirène me font vraiment sursauter. Depuis la prise d’otages de l’HyperCacher en Janvier, non loin de chez nous, les sirènes de pompiers me font cet effet quand elles se répètent.
Je dis à mon mari que je pense qu’il se passe quelque chose dans Paris… Et puis, encore le silence…Je suis surement parano, je m’inquiète trop vite.

Mais ça revient, encore et encore… Je prends mon téléphone, je suis à l’affut, mais rien, il ne se passe rien dans Paris…
Je le repose et il bip, c’est une alerte. Je vois tout de suite les mots Paris et fusillade. Je cherche à en savoir d’avantage. Ils parlent du 10ème arrondissement.
Nous allumons la télévision, c’est le match, non rien. Une autre chaine, ils en parlent… Nous essayons de comprendre la fusillade dans le 10ème, que s’est-il passé ? Nous avons du mal à assimiler…Les sirènes que nous avons attendu avant, c’était ça…

Je suis inquiète, j’appelle ma sœur qui habite là-bas : « Tu es où ? Il y a une fusillade dans ton quartier ! » Elle est de l’autre côté de Paris, je suis rassurée. Je suis toujours au téléphone, je lui donne les infos au compte-goutte, que mon mari me donne en même temps, en alternant entre twitter et la télé.
Il est 22h passées : « Le 11ème aussi…Stade de France…Le Bataclan… » Nous ne comprenons rien, ça part dans tous les sens… Il y a toujours le match à la télé…
C’est aussi dans le 11ème, nous essayons de trouver le lieu exact.
C’est juste à 100 mètres de la maison, et pourtant il y a un calme absolu. Je regarde par la fenêtre, les gens se baladent dans la rue calmement, personne ne semble encore affolé.

Il est 23h quand nous essayons toujours de comprendre ce qu’il se passe et que nous commençons à réaliser l’ampleur des choses. Je tremble, j’explose en larmes, je m’affole, je m’inquiète…
Il y a moins de passants dans la rue. Je vois cette fille, au loin, qui se cache derrière une voiture, cette autre au téléphone que j’entends dire : « non, il y a d’autres personnes dans la rue… ». Je vois de loin un militaire au coin de la rue…
L’inquiétude, la stupeur et l’incompréhension se mélangent dans nos têtes.
Les appels et les sms avec les amis du quartier commencent : « Tu es où ? Ca va ? » « Es-tu dehors ? Es-tu bien à la maison ? »
Certains sont chez eux, d’autres n’osent plus sortir pour rentrer chez eux.
C’est la panique absolue…
Comme beaucoup, nous avons à peine dormi cette nuit là, en mettant les infos en boucle, en s’assurant que notre entourage allait bien, et en essayant encore une fois, de trouver à l’avance, les mots pour expliquer à nos enfants l’inexplicable.

Au matin, nous avions tous les trais tirés, la rue était déserte…
Nous avons continué à recevoir et envoyer des messages pour avoir des nouvelles, vérifier des amis, qui étaient à côté, en face, ou un peu partout.
Ca aurait pu être moi, lui, eux… Nous sommes tellement chanceux, pensons-nous…

La journée de Samedi a été longue, insoutenable et nous osions à peine sortir.
Nous avons fait semblant devant nos enfants, qui n’ont pas posé autant de questions qu’aux derniers attentats. Ils n’en parlent presque pas, sont excités, et A., 2 ans, a beaucoup pleuré ce week-end.
R, 9 ans, est inquiet pour son ami qui habite en face du restaurant et qui a vu de sa fenêtre la fusillade.

Dans ma tête, ces pétards raisonnent en boucle, encore et encore…
Nous sommes en deuil.

Ce dimanche matin, tous les 5, main dans la main, nous sommes sortis en bas de la maison allumer chacun notre bougie.

Nous sommes choqués.
Nous sommes en deuil.