Maman, est-ce que je peux être une fille ?

Quand mes jumeaux étaient bébés, je les ai souvent habillés de manière stéréotypée, bleu pour mon fils et rose pour ma fille. Avec du recul, je trouve ça assez étrange, vu que ce n’est pas du tout des couleurs que j’affectionne spécialement, surtout le rose.

Je crois que j’en avais surtout marre qu’on me demande toute la journée dans la rue si c’était des jumeaux ou des jumelles. Même les socquettes à dentelles de ma fille n’ont pas eu raison de ces questions à l’époque.

Plus tard, pour les jeux, tout était mixte et mélangé à la maison. Ma fille jouait régulièrement à la voiture, et mon fils à l’aspirateur. De même, pour les déguisements, je retrouvais régulièrement little boy en princesse et little girl en Cow-Boy. Ca m’est arrivé à plusieurs reprises de coiffer mon fils avec des barrettes et des élastiques à sa demande. Ils ont toujours eu le choix de faire ce qu’il voulait et de jouer avec ce qui leur plaisait. D’ailleurs, ma fille n’a jamais touchée de poupées de sa vie et elle déteste ça.
La seule chose qui me choquait à l’époque, c’était la mentalité, voire les préjugés de certaines personnes quand au choix des jouets des enfants en fonction de leur sexe, surtout vers 2-3 ans. Tiens, c’est d’ailleurs exactement ce que j’ai écrit en 2009 ici quand les jumeaux avaient 3 ans !

Et 7 ans plus tard, c’est toujours la même chose avec mon petit dernier de presque 3 ans. Certains sont encore choqués quand il se ballade fièrement avec sa poussette rose et son petit bébé, ou encore sa petite dinette.
Qu’est-ce que ça m’énerve !!!

Tiens, ne serait-ce qu’hier soir, sa grand-mère n’a pas supporté de le voir avec un élastique dans les cheveux ! Bon, ok, elle a été surprise, mais ça va, on s’amuse et encore, c’était juste à la maison.
Et puis, pour être honnête, je n’ai pas vraiment eu le choix, car depuis 10 jours, il me demande sans cesse s’il peut être une fille !

– Maman, est-ce que je peux être une fille ?
– Maman, est-ce que je peux mettre une robe ?
– Maman, est-ce que je peux me maquiller ?
– Maman, est-ce que je peux mettre un élastique dans les cheveux ?
– Maman, est-ce que je peux dormir avec une chemise de nuit ?
– Et re, maman, est-ce que je peux être une fille moi demain à l’école ?

Même à l’école (où d’ailleurs, ça va un peu mieux, yessss), quand je lui demande s’il s’est fait des copains, il me répond que non, mais qu’il a des copines.
Aucun souci, copain ou copines, peu importe, c’est un bon début !

J’avoue que j’ai tout de même été assez surprise par ses demandes incessantes de se transformer en fille et ce n’est pas si facile de toujours trouver les bons mots ou parfois refuser des demandes sous prétexte que « ça ne se fait pas ».

Et surtout, je ne sais pas vraiment d’où vient sa demande ou son mimétisme : de mon côté, je suis plutôt jean/baskets, quant à sa sœur, elle est loin d’être très « girly ».

Assez mystérieux tout ça…

… Enfin, façon de parler, puisque je viens juste de découvrir à la réunion de la maternelle, que dans la classe, ils ne sont que 7 garçons pour 18 filles. Et c’est exactement la même chose dans l’autre classe de maternelle ! Mystère résolu ! 🙂
A suivre…

Ps : d’ailleurs, choses assez étonnante, pour mes jumeaux de 2006, c’était exactement la configuration inverse. Aujourd’hui, encore, en CM2, et dans les 2 classes, c’est 8 filles pour 20 garçons. Ca va, ma fille s’en sort plutôt bien !

Et chez vous, c’est comment en classe ? Autant de filles que de garçons ?

est-ce que je peux être une fille

Parents de Jumeaux, notre vie croustillante (concours)

1 an ! 1 an que je veux le lire le livre Parents de jumeaux. Notre vie croustillante, et pourtant je n’ai pas eu le temps ! Qui a dit qu’on était débordé avec des jumeaux ? Ce n’est pas vraiment une excuse car les miens ont déjà 10 ans, et croyez moi, en lisant le fameux livre de Muriel Herbet, j’ai fait un sacré bon en arrière ce week-end.

Pendant 1 heure, tout est revenu dans ma tête, le pire comme le meilleur, les larmes comme les fous rires. Un petit mélange de tout ça, dont j’ai longuement parlé ici-même sur ce blog les premières années :

– de l’angoisse le jour où j’ai découvert qu’il y en avait 2 puis l’annonce à mon mari et à toute la famille.
– de cette vieille dame qui m’a dit à 5 mois de grossesse : « Mais c’est donc pas possible ! Y en a combien là-dedans ? 2 !!!! Et bah, bien du courage madame, déjà qu’1 c’est pas facile, mais alors 2, je sais pas comment vous allez y arriver ?! »
– aux difficultés de mon accouchement et à la séparation.
– à tous ces inconnus dans la rue qui se sont arrêtés devant cette énorme poussette double pour scruter mes bébés, les toucher, les observer. Si je vous dis que certains les ont même pris en photos, vous ne me croirez pas.
– de toutes ces personnes qui m’ont dit : « Des jumeaux !? Bravo, quel courage ! » (remarque que j’ai jamais comprise et qui m’énerve au plus au point).
– à toutes ces nuits sans fin, ponctuées de couches, de biberons, de berceuses mais de tellement de fous rire aussi (non, non, je ne vous raconterai pas le soir où Super Papa a donné tous les médicaments à celui qui n’était pas malade ; ou encore le nombre de fois où, au réveil, j’ai trouvé mon fils dans le magnifique pyjama rose de sa sœur).
– des fameux : « C’est des vrais ou des faux ? » qui nous horripilent, ou des questions plus indiscrètes les unes que les autres sur la conception, et j’en passe…
– de la jumeaumania et puis plus tard, de l’effet de vide, quand les gens, subitement, ne nous regardent plus dans la rue parce que les jumeaux ont grandi !
C’est vrai quoi, on s’habitue vite finalement à être les stars du quartier !

Grâce à Muriel, ce week-end, il s’en est passé des choses dans ma tête, que de souvenirs !
Ce livre, c’est moi, c’est nous, c’est toi, et bientôt VOUS aussi.
On s’y reconnaît tous un peu, ici ou là.

Un livre différent des autres, rempli d’humour, d’anecdotes et de témoignages, qui plaira à tous les futurs et jeunes parents de jumeaux (et même aux vieux parents de jumeaux 🙂 )

livre parents de jumeaux

parents de jumeaux

parents de jumeaux

parents de jumeaux

Et bien sûr, le meilleur, pour la fin : aujourd’hui, je vous propose de gagner un exemplaire du livre de Muriel Herbet : Parents de jumeaux, Notre vie croustillante.

Pour participer, c’est très simple : il vous suffit de laisser un petit commentaire sous cet article et d’aimer la page Coupdouble sur Facebook.

N’hésitez pas à aimer et partager ce concours sur les différents réseaux (+ 1 chance à chaque fois en le précisant dans votre commentaire) : Coupdouble sur Instagram, Coupdouble sur twitter, et bien évidemment, la fameuse page Facebook Tu sais que tu es parent de jumeaux quand

Il y aura 1 gagnant qui sera tiré au sort et le résultat sera publié en édit du billet et sur la page Facebook du blog Coupdouble. Fin du concours le Jeudi 22 septembre à Minuit.

BONNE CHANCE !

Je ne vous parlerai pas de la rentrée scolaire

Cette année, je ne vous parlerai pas de la rentrée scolaire. Quel intérêt ? C’était déjà il y a 8 jours, et puis, franchement, on commence à en avoir marre d’en entendre parler.

En général, j’aime la raconter car ça laisse un petit souvenir que je relis à mes enfants des années plus tard. On se rappelle ensemble, on en rit, on en pleure, et ça fait du bien.

Mais cette année, je n’avais pas trop envie de parler de mes grands jumeaux qui sont déjà en CM2. Ce sont les rois du monde, ils connaissent tout, ils savent tout de leur école.

Pourquoi vous dire que je n’ai pas vraiment eu le droit de les accompagner à l’école ? Que j’ai tout de même réussi à leur voler un bisou et une photo comme chaque année.

D’ailleurs, je n’allais tout de même pas vous remettre, une fois de plus, la même photo que chaque année :

rentrée CM2

Qui me donne des petits frissons quand je regarde celle du CP :

jumeaux cp

Pourquoi vous raconter, que, comme chaque année, c’est encore et toujours le même qui a et aura le plus de devoirs ? Que ça ne fait que 8 jours et que la galère a déjà commencé ! Aucun intérêt. C’est comme-ci je vous disais qu’à 10 ans, il mélange encore le singulier et le pluriel.

Et puis, soyons honnête, je n’avais pas vraiment envie de vous raconter l’entrée en maternelle de mon « presque 3 ans », vous parler de cette boule au ventre, la même que j’ai eue pour les jumeaux il y a 7 ans. Parce que celle là, elle est plus forte, elle est plus dure, elle est plus longue…

Je n’ai pas vraiment envie de vous parler de ses pleurs et de ses cris, qui résonnent dans ma tête (et dans le quartier) toute la journée. Oui, oui, coupable, c’est bien lui que vous entendez du matin jusqu’au soir, en passant par le bain, le dîner et le coucher.

Je vous aurai prévenu, ne prononcez pas le mot « école » devant lui !

Je n’avais pas vraiment envie, non plus, de vous raconter que les grands ont aussi la boule au ventre de voir leur petit frère les attendre à la grille commune des 2 écoles à toutes les récréations, en pleurs. Ca ne sert à rien.

Quel intérêt de vous dire que je sais que ça va passer, mais que ça déchire quand même ?

Et puis, de vous raconter que d’autres mamans « essayent » de me rassurer en me disant que ça a été la même chose pour leur enfant jusqu’aux vacances de la Toussaint, et pour l’autre, jusqu’aux vacances de Février, et pour une autre encore, qu’elle a carrément dû retirer son enfant de l’école ?

Vous dire que je culpabilise déjà car, comme me l’a demandé la directrice, NON, je ne peux pas le mettre uniquement le matin à l’école. J’essaye de temps en temps, mais les journées sont courtes, et le travail me submerge.

Je n’avais pas envie de vous parler de cette rentrée qui a déjà un goût amer, le genre de rentrée où tu te dis déjà que tu partirais bien en vacances (sans enfants !) tellement tu te sens épuisée.

Non, cette année, je n’avais pas envie. Je préfère juste vous montrer cette petite photo du premier jour d’école, mignonne à croquer, qui me donne le sourire aux lèvres.

La première photo d’une longue série…

Rentrée Maternelle

 

PS : ce n’est pas parce que je n’ai pas envie de vous raconter notre entrée, qu’il ne faut pas nous raconter la vôtre, hein 🙂 Alors, comment ça s’est passé pour vous ?

Nos vacances en Corse

Ca y est, nous sommes rentrés de Corse il y a déjà une semaine et nous avons encore des étoiles plein les yeux.

C’était surement nos plus belles vacances : un peu de tout pour chacun d’entre nous, juste comme il fallait. Une semaine au calme et une semaine avec un peu plus d’ambiance étaient la parfaite combinaison aussi bien pour les parents que les enfants.

Nous ne connaissions pas du tout le coin d’Ajaccio et de Porticcio et nous en sommes tous tombés amoureux  : les plages, les fameux couchers de soleil, les piscines naturelles et tous les différents paysages nous ont émerveillés chaque jour un peu plus.

Allez, c’est parti pour les photos qui vous raconteront mieux que moi nos plus belles vacances !

Les plages de Corse, plus magnifiques les unes que les autres :

plage corse

mer corse

plage corse

plage d'argent

Des activités à gogo, assez différentes pour chacun d’entre nous ! 🙂

mer corse

piscine

ping pong

trapèze

sauter

apéro

La famille et les amis…

ami corse

les copains

corse

entrefrereetsoeur

jumeaux

Et bien sûr, les magnifiques couchers de soleil qui vont tant nous manquer :

coucher de soleil corse

coucher de soleil 4

coucher de soleil

La Corse un vrai petit paradis sur terre !

Nous avons passé beaucoup de temps tous les 5, mais également avec de la famille et des amis, chacun à son rythme, et c’était encore une fois la parfaite combinaison.
Les enfants se sont éclatés avec leurs cousins adorés (ça a beaucoup joué dans le succès des vacances !), et même mon 2 ans s’est fait des amis, et ça, c’est une première. Il est tombé fou amoureux d’une fratrie de 3 garçons de 6, 12 et 14 ans et nous parle d’eux encore tous les jours !

PS : pour le trapèze volant, nous sommes tombés dessus par hasard au coin d’une rue.
C’était le rêve ultime de ma 10 ans de pouvoir en faire, et d’ailleurs, ça faisait des mois que j’en cherchais vainement partout en France. Je vous laisse imaginer sa joie ! J’ai mis une petite vidéo ici.

Nous avons vraiment passé des vacances magnifiques en Corse.

Allez, pour le principe,  il y avait un tout petit point négatif : le réveil très matinal des enfants pendant toutes les vacances… Mais on ne peut pas tout avoir, on dormira cet hiver  🙂

Juillet… En vrac et en photos…

Nous ne partons pas avant début Août, mais je n’aurai pas vraiment le temps de revenir ici.
Le mois de Juillet passe très vite et en même temps si lentement.
C’est un peu comme si le temps s’était arrêté…

Il ne ressemble à aucun autre mois de Juillet.
Un mois de Juillet bien triste…

Mais là, tout de suite, j’avais juste envie de parler de futilités, de petites choses en vrac, comme je le fais souvent pendant les vacances, et de penser à autre chose.

J’avais juste envie de vous raconter :

– Que nous sommes partis 3 jours à Chartres et dans les alentours avec nos 2 petits mecs et que c’est bien plus facile de trouver où dormir avec 2 enfants 🙂 Que ça nous a fait un bien fou de changer d’air, même si je pense que 2 jours auraient suffit.

chartres

chartres

chartres

chartres

– Que mon grand est beaucoup plus calme quand sa sœur n’est pas là, mais qu’il rattrape bien le coup avec son petit frère. Ils ont une complicité qu’ils n’ont jamais quand le trio est réuni. Ça fait vraiment du bien de les voir jouer entre « garçons »… Chose assez rare en temps normal.

entrefrere

entrefrere

– Que je suis heureuse d’avoir retrouvé ma fille qui était partie en colo pour la première fois. Enfin, pour la 2ème fois. Mais la première fois, on va dire qu’elle ne compte pas vraiment, puisque nous avions été cherchés les jumeaux avant la fin de la colonie tellement ça s’était mal passé pour eux, comme pour nous, enfin moi, pas mon mari…

gare

– Que je suis très fière d’elle… Elle, qui avait encore du mal à dormir chez une amie il y a à peine 1 an… Qu’elle a su affronter ses peurs, ses pires angoisses, et que ça, ça vaut de l’or.

– Qu’elle a beaucoup manqué à son petit frère et que leurs retrouvailles ont été adorables.

frereetsoeur

freretsoeur

– Que les grands ont commencé un stage pour apprendre à programmer des jeux vidéos chez Magic Makers, et ils ont l’air très contents. Ça les occupe 3 heures par jour cette semaine, et c’est déjà très bien.

macicmaker

magicmaker

– Qu’après 2 ans « d’arrêt », je trouve que c’est toujours/encore plus dur de travailler à la maison, et de s’occuper des enfants en même temps ou à mi-temps selon les jours.

– Que d’ailleurs, je passe mes journées entières du mois de Juillet à travailler sur mon nouveau projet : un site de petites annonces pour la famille, qui sortira, je l’espère, en Septembre. En attendant, j’ai déjà commencé à lancer le projet FAMYZ sur les réseaux sociaux, alors, n’hésitez pas à partager vos petites annonces sur les nouveaux comptes Instagram, Twitter ou Facebook, je compte sur vous 🙂

– Que mon 10 ans est toujours aussi courageux avec son bras droit coincé, mais que ce n’est pas du tout évident de l’occuper. La preuve, on s’est même fait le musée Picasso, juste tous les 2, chose qui ne nous arrive jamais. Bon, ok, je n’ai pas trop réfléchi quand je lui ai réservé un atelier pour enfants au musée, basé sur du collage, du découpage et cie… Je suis devenue son bras droit pour l’occasion et au final, c’était plutôt chouette.

picasso

picasso

– Que nous avons hâte de partir en vacances, surtout mon petit dernier, qui m’en parle tous les jours. D’ailleurs, si vous avez des conseils sur des activités/sorties/ballades avec des enfants du côté d’Ajaccio, je suis preneuse.

– Et que d’ici là, chacun essaye de s’occuper un peu à sa manière, ensemble ou séparé (oui, nous mangeons beaucoup !)

magnum

juillet

aventures du rail

juillet

juillet

glace

juillet

hot dog

– Que l’amour, encore l’amour, toujours l’amour.

Et vous, comment se passent les vacances ? Vous partez ? Sinon, comment occupez-vous vos enfants ?

Je vous retrouve en Septembre sur le blog, je fais une bonne pause, mais d’ici là, je ne manquerai pas de mettre pleins de photos de nos vacances sur Instagram.

C’est un peu la poisse… Mais on a quand même de la chance

Si je fais le compte, il y a eu la fois au ski où on a été aux urgences pour mon fils qui s’était fait une élongation abdominale (du jamais vu selon le médecin de la station).
Ca s’est passé le dernier jour sur la dernière piste que l’on descendait. Un peu la poisse, non ?Bah non finalement, plutôt une sacrée chance que ça ne se soit pas passé le premier jour des vacances.
Par contre, un peu la poisse quand même, qu’on ait zappé de prendre l’assurance. Enfin, après réflexion, non, ce n’est pas vraiment une question de poisse, mais plutôt d’être un minimum futé ! Franchement, qui ne prend pas d’assurance au ski ?

Il y a aussi eu l’été dernier quand ma fille est tombée de son lit en pleine nuit. Mon mari se moque toujours de moi quand je vais vérifier que les enfants dorment bien ou qu’ils ne sont pas trop près du bord. T’inquiète pas, me dit-il à chaque fois, il ne va rien se passer !
Du coup, je me demande si je ne me suis pas un peu portée la poisse toute seule, car oui, elle a fini par tomber du lit. Et vlan, elle s’est pris le coin pointu de la table de chevet. Ouverture de la paupière en plein nuit, direction les urgences.

Lire la suite

Les news du mois de JUIN en vrac et en photos

En vrac, parce que le mois de Juin ressemble à un marathon…
Il y a eu la chorale de fin d’année pour les grands et le spectacle de la crèche pour mon 2 ans et demi.

Pour le coup, même si je ne suis pas fan de la crèche ces derniers temps, le spectacle était génial. Ils ont fait venir une ferme. Tous les enfants étaient charmés et surexcités avec les animaux, à part le mien qui a à peine regardé et me demandait toutes les 5 minutes s’il pouvait aller prendre des gâteaux ! Bon, en même temps, vu qu’il me réclame des gâteaux toute la journée, c’est logique. Il est obsédé par le sucré, c’est compulsif et je prendrai le temps d’écrire sur ce sujet plus longuement !

fete de la creche

Fete de la creche Juin

creche gateau

Bien évidemment, les grands aussi ont eu une fête de fin d’année. La même fête identique chaque année, sans spectacle ou surprise, juste une fête organisée à 100 % par les parents. Une fête version kermesse, avec le même groupe de parents qui tient les stands tous les ans. Non, non je ne me plains pas du tout, mais c’est quand même TOUJOURS les mêmes! Qu’est-ce que je ne ferais pas pour mes enfants ! Bref, ils se sont éclatés, c’est le principal. Et la bonne nouvelle, c’est qu’il y aura un nouveau directeur l’année prochaine. Peut-être qu’il se sentira un peu plus concerné par les évènements extra-scolaires !

Lire la suite

Et ma vie professionnelle dans tout ça ? (La suite…)

mamanfatigueVoilà maintenant 2 ans qu’ « officiellement » je ne travaille plus, et j’avoue que je suis de celles qui ne supportent pas ce statut. Je ne travaille pas vraiment et pourtant j’ai l’impression de ne pas m’arrêter une seule seconde !
J’écris, je me forme, je fais des bilans de compétence, des formations en ligne, j’ai cherché du travail, et puis j’ai décidé de me remettre à mon compte.

J’ai mis un an à trouver l’idée, la peaufiner, rédiger le cahier des charges, trouver des associés (toujours pas trouvés), faire encore des formations pour la création d’entreprise, m’occuper de la maison, du linge qui n’en finit jamais, m’occuper des enfants, souvent en garder un qui est malade (mais qu’est-ce qu’ils sont fragiles mes petits mecs).

Voilà, un mélange de tout ça, qui me donne l’impression de vivre à 100 à l’heure alors que pourtant « officiellement », je ne travaille pas ! Enfin, je ne « gagne pas d’argent », mais si, je travaille, pour moi, à mon compte, pour mon projet de création d’entreprise.

J’ai beaucoup réfléchi, après la vente de ma société, à retourner travailler dans le marketing, comme je le faisais avant d’avoir des enfants, mais non, ce n’est pas pour moi, je me suis rendue compte que je n’aimais pas ça, mais que surtout, je souhaitais garder ma liberté, mon indépendance, mes horaires.

Et puis, les enfants, forcément…Combien de fois j’ai dit cette année à mon mari « Mais tu te rends compte, encore un enfant malade ! Comment on ferait si je travaillais pour quelqu’un ? J’ai l’impression que c’est toutes les semaines !!! ».
Ah les enfants, je vous en ai parlé longuement ici, et ils ont joué un rôle majeur dans mes choix professionnels.

Lire la suite

Jusqu’à quel âge doit-on surveiller le brossage des dents des enfants ?

Jamais je n’aurais pensé écrire un article sur le brossage des dents et pourtant …

L’autre jour, nous avons retrouvé les cousins, et à peine arrivé, j’attends mon beau-frère dire à mon fils : « Mais c’est quoi ces dents jaunes, tu ne peux pas te laver les dents ???!!! ».
Vérification : ouah, il a raison, mon fils a les dents toutes jaunes, remplies de tartre dentaire. La honte ! Mon fils à moi, avec des dents sales.

C’est quoi cette histoire ? Vérification chez ma fille : idem !
Le verdict est sans appel : mes enfants de presque 10 ans se lavent mal les dents !

Et pourtant, depuis qu’ils sont tous petits, je leur ai appris les bons gestes, les bons réflexes et les bonnes habitudes du brossage des dents , encore et encore, année après année, exactement comme nous le faisons avec leur petit frère de 2 ans et demi.
Le brossage des dents en douceur après les repas, pendant au moins 2-3 minutes, avec des gestes circulaires et des mouvements de va-et vient a été vu et revu pendant des années. Des années à les gonfler avec ça mais en essayant de rendre cela amusant : des brosses dents et des dentifrices selon leurs envies, ils ont même eu droit vers 7 ans à leur première brosse à dents électrique.

Bref, j’ai tout fait comme il fallait.

Lire la suite

Les 10 ans des jumeaux : les anniversaires, les copains et la mixité…

10 ans des jumeauxLes 10 ans des jumeaux arrivent dans quelques semaines, et ça m’a donné envie de faire le point sur tout ça: leurs anniversaires, ceux des autres, les copains et tout le reste…

Le principe de base pour l’anniversaire de nos jumeaux :

Tous les ans, pour l’anniversaire des jumeaux, nous avons la même « routine » :
un gâteau pour chaque enfant, ils soufflent leur bougie chacun leur tour et nous chantons deux fois « Joyeux anniversaire ». Et enfin, on leur offre un cadeau bien différent chacun. Pour les gâteaux et la chanson « Joyeux anniversaire », ça nous en fait donc 6 par anniversaire : 2 pour le jour officiel, 2 pour l’anniversaire avec la famille et enfin 2 pour l’anniversaire avec les copains d’école.

Non, non, je ne vous raconterai pas que pour mon petit 3ème, j’ai également fait 2 gâteaux sans réfléchir…

En ce qui concerne les cadeaux, nous essayons avec la famille de leur offrir des choses bien distinctes, mais parfois, ça peut être un cadeau commun (quand, par exemple, ils veulent le même jeu de société), ou encore, ça peut arriver qu’ils aient exactement le même cadeau ( par exemple pour leur premier vélo ou leur première console).

Là, tout de suite, j’avoue que pour les 10 ans des jumeaux, je n’ai pas encore trouvé de cadeaux. Des petites idées à me conseiller, sachant que NON, ils n’auront ni un téléphone ni une tablette comme ils me le demandent tous les 2 🙂 ?

Lire la suite