Interview : Ca fait quoi d’avoir un jumeau ? (par Little Girl, 8 ans) REDIFF

EDIT : Parce que je n’ai plus une seconde depuis que j’ai commencé ma formation, et aussi parce que je suis retombée par hasard sur ce petit article que j’ai fait avec ma fille il y a presque 3 ans, je vous le mets en REDIFF ! J’ai franchement hâte de lui refaire cet interview à 11 ans pour voir ce que ça donne comme réponses ! 🙂

 

Interview

Il n’y a pas si longtemps, mes jumeaux ont découvert mon petit secret: mon blog anonyme! (ça devait bien arriver, ils passent beaucoup de temps sur mon ordinateur). Je ne suis pas du tout à l’aise avec ça, car comme je le disais, non seulement c’est un blog anonyme, mais surtout, je ne parle pratiquement que d’eux, forcément le thème de mon blog, c’est « les jumeaux » ! J’ai fini par leur lire certains de mes articles, mais par contre, il y en a d’autres que ne je veux absolument pas qu’ils lisent…Je suis mal barrée ! Bref, tout ça pour dire qu’à force d’être questionnée par mes jumeaux là-dessus, j’ai fini par avoir une idée: vu que le thème est la gémellité, pourquoi ne pas leur demander à eux, jumeaux, ce qu’ils pensent de tout ça, et ce que ça leur fait d’avoir un jumeau.

Je suis très fière, aujourd’hui, de mettre en ligne  mon premier interview:

La gémellité vue par Little girl, 8 ans ! Allez, c’est parti ! Ca l’a beaucoup amusé, mais fatigué de parler autant, m’a-t-elle dit!

– Ca veut dire quoi « jumeaux » ?
Jumeaux, ça veut dire qu’on a frère (ou une sœur hein) qui est né dans le même ventre que nous, heu…oui, et qui nous aime. (rire)

– Ah bon, on nait dans le ventre ?
Bah non, mais qui a été fabriqué dans le même ventre que moi !

– Donc, c’est un frère et une sœur qui sont nés le même jour ?
Ouiiiiiiiiiiiiii (cri de joie)

– Est-ce qu’on vous appelle les jumeaux ?
Bah non! On nous appelle par nos prénoms !

– Es-que tu te sens proche de ton frère jumeau ?
Bah oui, c’est mon frère jumeau. On a été toujours été ensemble, il m’aide, je l’aide, on fait pleins de trucs ensemble. Oui, je me sens proche de mon frère.
Lire la suite

Préadolescences, quels sont les signes ? Version collège

Les premiers signes de la préadolescence, dont j’avais parlés , sont toujours présents !
Sauf, que forcément, avec l’entrée au collège, il y a quand même pas mal de changements et d’évolutions.

– Contrairement au préado du primaire, le préado du collège ne joue plus autant. Dans un premier temps, il a été surpris, voire triste, des nouvelles règles de la cour de récré. Au collège, fini les jeux des petits. Au collège, on parle dans la cour…On joue éventuellement au ballon mais rien de plus.

– Du coup, le préado du collège ne va plus non plus au square pour « jouer » avec ses copains. De temps en temps, la version masculine les retrouve (toujours au square) pour « trainer » ou faire un foot, mais non, il ne court plus comme un fou dans le square. Pour la version féminine, c’est plus compliqué. Les copines rentrent toutes après l’école, donc elle aussi. La préado version féminine passe beaucoup plus de temps qu’avant à la maison, dans sa chambre, à se plaindre et à s’ennuyer.
Lire la suite

La rentrée au collège : petit bilan pour mes jumeaux

Le jour de la rentrée au collège, les parents étaient attendus avec les enfants dans la cour de récréation, pour se rendre ensuite à une réunion d’information.
Il y a tout de suite eu l’annonce des classes dans la cour. Au passage, très mauvaise idée de faire cela avec les parents, qui étaient encore plus stressés que les enfants. Toujours un peu inquiète pour le même, je l’ai vu se décomposer (et moi avec) quand nous avons entendu absolument tous ses copains être appelés dans la classe de sa sœur jumelle ! J’ai passé une sale journée, j’ai eu très peur des répercussions, lui qui n’est  motivé par l’école que par l’idée d’y retrouver ses copains. Et puis finalement, il va bien ! Il est fort et il s’adapte. Il n’a pas vraiment d’amis dans sa classe, il a du mal à voir les siens me dit-il, mais ça va, il gère.

2/3 jours après la rentrée, ma fille m’a aussi inquiétée. Elle qui n’est absolument jamais malade (contrairement à ses frères) a commencé à se plaindre de douleurs au ventre. Elle a même testé l’infirmerie le 3ème jour d’école. Et puis son comportement aussi avait changé brusquement. Elle s’énervait facilement et criait sur tout le monde, ce qui n’est pas du tout son genre. Elle pleurait même sans raison. Ouah, mais qu’est-ce que j’ai flippé ! Non, pas ma fille ! Elle m’a même avoué qu’elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Et puis, du jour au lendemain, c’est passé ! Surement un coup de blues ou de stress de rentrée, sans s’en rendre compte. Enfin, c’est passé, façon de parler ! Je crois qu’elle a débuté sa crise d’adolescence ! ou de pré-adolescence, disons… mais ça fait tôt !
Lire la suite

Des jumeaux en colo… Un peu la poisse

Pas facile d’écrire cet article de notre petite maison en Normandie, sachant que : mon ordinateur (qui est en train de rendre l’âme) met environ 30 mns à s’allumer, il n’y absolument aucune connexion wifi, pas de 4G, et que même la 3G est limite ! Je profite donc d’un réveil à 7H30 pour me lancer. Oui, mon 3 ans dort encore, incroyable ! Ca, c’est clairement l’air de la Normandie !

Si vous me suivez sur Instagram, vous savez peut-être déjà que mes jumeaux sont partis en colo ensemble pour 17 jours. Aucune inquiétude pour ma fille qui partait avec 4 copines, par contre,  mon fils qui n’était pas motivé pour partir, et ne connaissait personne…

Bilan au bout d’une semaine : au final, c’est pour ma fille que le début a été très rude. Honnêtement, elle avait quelques raisons de ne pas être contente : sa valise est arrivée avec 2 jours de retard, sa chambre n’a pas de porte (comme toutes les chambres d’ailleurs, info que j’ai dû louper à la réunion… si j’avais su…), son étage est le seul à ne pas avoir de toilettes (enfin, des toilettes à la turque, ça compte ?), les douches sont un peu pourries, et la pauvre a saigné du nez en pleine nuit. Elle m’a appelé tous les jours en pleurs, en me disant qu’elle voulait rentrer plus tôt et que ça ne lui plaisait pas du tout. J’ai eu de la peine, j’ai compati, je l’ai soutenue, je lui ai dit que ça allait aller ! Mais ça m’a bien planté et contrarié pendant les 5 premiers jours où je devais travailler à fond. Et puis, j’ai fini par dire STOP, stop aux apitoiements ! « Arrête de m’appeler en pleurs, arrête de te plaindre, arrête de me raconter uniquement ce qui ne va pas, et profite !!! Profite de tes journées, amuse-toi ! Les chambres, on s’en fiche ! T’es franchement mieux là-bas qu’à Paris, toute seule, sans copine ! Donc, maintenant STOPPPPP et amuse-toi ! »
Lire la suite

11 ans !

Déjà 11 ans ! Je me rappelle de tout, et pourtant, j’ai tout oublié. Je me rappelle de nos joies, de nos fous rires et de nos bons moments.

Qu’elles sont loin ces nuits blanches où nous passions des heures à vous bercer chacun dans une chambre, à nous tromper de bébé dans la nuit ou même de médicament. J’ai déjà tout oublié, et pourtant, c’était hier. Je me rappelle de tout, l’annonce de la grossesse gémellaire, l’accouchement,  vos premiers sourires, vos premières dents, vos premiers pas, votre rentrée à l’école maternelle. J’ai oublié le nombre de fois où je vous ai dit  : « attendez, chacun son tour » pour le repas, pour la douche, pour les câlins.
Ah la patience ! C’est bien la première chose que des jumeaux devront apprendre.
Et puis non, ce fut ensemble, pour le repas, pour la douche, pour les câlins. Vous avez tout partagé !
Ah le partage, c’est finalement la première chose que des jumeaux devront apprendre.

11 ans, déjà 11 ans ! C’était hier, je me rappelle de tout, je n’ai rien oublié.
Il y a 11 ans, notre première séparation à tous les 4, un des moments le plus dur de notre vie.
Le retour à la maison, la peur et la crainte de ne pas y arriver.

11 ans déjà que je suis maman, une double maman !

11 ans que vous avez changé ma vie à jamais. Votre gentillesse et votre sensibilité m’émerveillent chaque jour. Je parlerai une autre fois de vos colères, vos engueulades et vos crises de pré-ados ! 🙂

Vous deux, SI différents, et pourtant, vous avez tant de choses en commun.

11 ans, à vous voir vous câliner et vous disputer ! 11 ans de bagarre, de jalousie, de larmes, de fous rires mais surtout 11 ans d’amour entre vous, entre nous, entre nous 4, puis entre nous 5.
Ce lien si fort qui vous unit, « mes bébés », ne le perdez jamais. Cultivez-le chaque jour car il est merveilleux.

Déjà 11 ans ! Déjà le collège !

Ça y est, il n’y a plus assez de doigts pour montrer fièrement son âge. Mais à vous 2, je suis sûre que vous allez y arriver !

11 ans que je vous aime et que je suis fière de vous !

Joyeux anniversaire mes amours !

11 ans

Mes amours, c’est la fin de l’école primaire…

C’est les larmes aux yeux avec une boule au ventre que je me rends compte que cette semaine, mes amours, sera votre dernière semaine dans cette école primaire. 5 années de votre petite vie, ce n’est pas rien. Vous y êtes arrivés hauts comme 3 pommes, si effrayés et si timides. Vous en repartez aujourd’hui si sûrs de vous, déterminés, fiers d’être encore pour une semaine les grands de l’école et de pouvoir aider les petits pour quelques jours… Et si fiers aussi de pouvoir tenir un stand à la kermesse de l’école (droit accordé uniquement aux CM2) pour cette dernière année.


primaire
CE2

Cm2

Quand je me retourne, je me dis que ça s’est plutôt bien passé, même si ça s’est passé bien trop vite !!! 5 années de primaire sans gros problème. 5 années dans des classes différentes avec pour tous les 2, un CP et un CM1 merveilleux !

Toi, ma presque 11 ans, cette (petite) fille si sérieuse (trop ?), studieuse, toujours prête à rendre service ou à aider les autres, tu as passé 5 années merveilleuses, sans aucune difficulté. Tu auras eu la chance de partir une fois en classe verte et une fois en classe de neige (d’ailleurs, ton frère aussi !). Cela t’aura sauvé de tes angoisses nocturnes et c’est surement ta plus grande victoire de ce primaire ! Je me rappelle encore de la lettre que tu nous as envoyée « Papa, Maman. Je suis super contente d’être ici. Je suis super contente parce que j’ai réussi… ».
Je suis fière de toi !

Tu es prête pour le collège, excitée mais un peu effrayée, m’as-tu dit. Comment sera le collège pour toi, qui aime tant tes habitudes et ton petit confort ? Je suis sûre que tu vas y arriver, je te fais confiance.

Je sais que tu as peur et que tu es triste de quitter ta meilleure amie et ton amoureux meilleur ami, mais ne t’inquiète pas, tu les reverras souvent.

N’aies pas peur, ça va aller, je sais que tu vas vite rebondir.

Toi, ma sensible, toi ma merveille, qui vient d’écrire ce petit mot si gentil à cette éducatrice qui t’aura tant appris pendant toutes ces années de primaire ! Merci à elle pour tout ça. Merci à toi de t’être autant investie dans toutes ces activités extra scolaires. C’était un bonheur de te voir  t’épanouir et grandir pendant ces 5 années (et un vrai étonnement, chaque fois que je te voyais partir à l’école le samedi matin pour faire ces ateliers).

Toi, mon presque 11ans, ce (petit) garçon si excité, si foufou, si dynamique et si joyeux. Tu m’as prévenu, à 4 ans, en moyenne section « Maman, je n’aime pas travailler ! Est-ce que je peux changer d’école car dans la mienne il y a vraiment trop de travail ! ». Au moins, les choses étaient claires dès le début.

D’ailleurs, j’en profite pour dire merci à cette merveilleuse institutrice de maternelle, qui a été la première, et presque la seule, à avoir décelé tes soucis de motricité fine. 3 ans après, on s’est rendu compte qu’elle avait bien raison !

Donc non, ça n’a pas été si facile pour toi, toi qui n’aime pas travailler et qui, en plus, dois faire des efforts supplémentaires pour réussir à te concentrer, toi qui a quand même bien galéré, à te retrouver presque à chaque fois, avec la mauvaise institutrice. C’est comme ça, ce n’est vraiment pas de chance mais franchement, tu t’en es vraiment bien sorti.

Je t’ai vu te battre, persévérer, faire tout ton possible pour te concentrer et voir avec admiration les résultats de ton travail. Oui, mon amour, c’est la règle, c’est la vie, on n’a pas vraiment le choix : il faut travailler pour y arriver. Regarde, en cette avant-dernière semaine de CM2 (il vaut mieux tard que jamais !), tu es si fier de cette bonne note que tu as eu grâce au travail que tu as fourni, et je le suis aussi. Fière de ta ténacité et de ta persévérance. Aujourd’hui, ton écriture est enfin lisible, pour toi et pour les autres, et c’est surement ta plus grande victoire de ce primaire. Je suis sûre que tu vas réussir encore à t’améliorer, aie confiance et ne baisse jamais les bras.

Et merci à toi, mon si gentil garçon, d’avoir été autant présent pour ta sœur en classe verte ! Mais s’il te plaît, arrête de l’embêter tout le temps ! Oh, et puis non, continue, ça ne serait plus pareil à la maison sinon !

Comment sera le collège pour toi ? Toi qui m’a dis exactement comme ta sœur, que tu étais excité mais un peu effrayé.
N’aie pas peur, ça va aller, je sais que tu vas y arriver. Je suis sûre que le collège va enfin te réconcilier avec l’école (ou pas 🙂 ) mais peu importe, ce changement ne pourra que te faire du bien et je suis sûre que tu vas t’y plaire et t’épanouir.

Je suis fière de toi, toi mon petit clown, si sensible et si timide, qui aime tant t’amuser et rire avec tes copains. Profite de la vie, tu as bien raison.

Merci, mes amours, pour ces merveilleuses années.

Je vous aime et je suis fière de vous !

Anniversaire des jumeaux… séparé !

Depuis que mes jumeaux sont nés, je leur ai toujours fait un anniversaire en commun. Au début, c’était uniquement en famille et, dès la maternelle, il y a eu à chaque fois l’anniversaire avec les copains d’école, suivi de l’anniversaire en famille.

Les traditions se sont vite installées : chacun son cadeau préféré (le gâteau au chocolat pour ma fille, le gâteau aux poires pour mon fils), chacun leurs cadeaux, chacun leur chanson d’anniversaire et toujours plus ou moins le même groupe d’ami(e)s mixte. A ma grande surprise, je n’ai jamais eu aucun souci sur le thème de l’anniversaire : ma fille n’était pas du genre princesse à fond, ni mon fils cow-boy ou super héros. On a toujours trouvé des idées qui leur plaisaient à tous les 2 ! Dès la 2ème année de primaire, je me suis mise à organiser des anniversaires en extérieur, incapable de gérer plus de 16 enfants surexcités à la maison. De même, cela s’est toujours très bien passé, les 2 étaient toujours d’accord sur l’endroit choisi et sur les copains à inviter. Depuis environ 3 ans, il y a eu un vrai changement, et la mixité s’est clairement arrêtée au niveau des anniversaires d’école : ma fille n’était plus invitée qu’ à des anniversaires de filles ou pyjamas party, et mon fils qu’ à des anniversaires de garçons. Du coup, ils étaient assez fiers d’être le seul anniversaire mixte. Seule différence : mon fils invitait sa bande de copains, ma fille sa bande de copines, et tout ce petit monde se mélangeait très bien !
Lire la suite

La folie du mois de Juin

Je ne sais pas si c’est pareil chez vous, mais ici, c’est tout le temps la course au mois de Juin ! J’ai l’impression qu’on vit à 100 à l’heure, que tout s’enchaine, et surtout, que tout tourne particulièrement autour des enfants !

– Il y a les compétions de sport de fin d’année : gymnastique pour ma fille et handball pour mon mec.

Gymnastique
Et puis, comme ils le font avec leur école et que l’année prochaine c’est le collège, on court, on cherche, ils font des essais pour trouver un sport pour l’année prochaine, bien sûr, ils changent d’avis toutes les 5 mns sur ledit sport, et après « on » doit faire la queue 4 heures pour espérer avoir une place ! Vive le sport à Paris !

– Il y a les anniversaires des copains de l’école qui s’enchainent (et les cadeaux qui vont avec) qui regroupent tous les enfants nés en Juin, Juillet et Août, et forcément, comme mes jumeaux sont nés en Juillet, ils ont aussi voulu faire leur anniv en Juin pour avoir tous leurs copains.

Lire la suite

Les mangas, la passion de mes jumeaux

Mes jumeaux de 10 ans, allez presque 11 ans… mais ce chiffre m’angoisse complètement, enfin moins que l’entrée au collège… Donc je disais mes 10 ans sont de vrais fans de Manga, ils sont complètement accros depuis environ 3 ans ! A côté de ça, ma fille lit pas mal de romans (d’ailleurs, elle vous en parlait déjà ici il y a plus d’un an) et mon fils tout un tas de BD. Les 2 ont eu leur grande passion pour la saga Harry Potter aussi, mais les mangas restent leurs livres préférés, qu’ils lisent et relisent en boucle.

Ici, on ne se bat pas pour les jouets mais pour les mangas.

Les mangas, c’est un peu comme leur doudou, ils ne s’en séparent jamais. Il y en a dans leur lit, dans la voiture, en vacances, dans les toilettes, et même dans le cartable de l’école pour faire des échanges avec les copains ou lire à la récré de temps en temps. Bon, pour l’école, je l’ai interdit depuis une semaine et je n’ose même pas vous dire la raison. Non, pas du tout, mon fils ne lit pas en classe au lieu de travailler…

Lire la suite

La folie du Hand Spinner est arrivée chez nous !

Quoi, vous ne connaissez pas le « Hand spinner », cet objet un peu bizarre qui ressemble à une toupie à 3 têtes et dont je n’avais jamais entendu parler il y a encore 2 semaines ?

hand spinner

Tout a commencé à Londres quand j’en ai vu 2-3 dans la rue : cet objet assez hypnotisant, que je n’avais jamais vu avant, a tout de suite attiré mon regard. Les gens faisaient juste tourner l’objet en question entre leurs doigts. Je n’ai pas vraiment compris à quoi ça servait et puis je suis vite passée à autre chose.

Puis, dans le train qui nous ramenait à Paris, le petit voisin en avait un. Cet objet hypnotisant a tout de suite attiré notre regard à tous les 4. Nous n’avons pas vraiment compris à quoi ça servait  et puis nous sommes vite passés à autre chose.
Lire la suite