Il a enfin arrêté la tétine et je suis si fière de lui !

Aujourd’hui, je suis tellement fière de mon 4 ans ! Il a arrêté la tétine du jour au lendemain, et pourtant, ce n’était pas gagné ! Je l’imaginais déjà à l’entrée au collège avec une tétine autour du cou !
Il était accro, complètement accro et ne voulait même pas entendre parler de l’arrêt il y a encore une semaine.

Ça fait au moins 1 an et demi que je l’embête avec ça pour plusieurs raisons :

  • Les dents ! Oui, la dentiste a été très claire ! Il faut absolument qu’il arrête, et encore, il aurait dû la jeter il y a déjà 1 an parce que là, sa dentition, ça ne va pas du tout !
  • Il zozotte et chuinte et a du mal à se faire comprendre par 80% des gens, qui passent leur temps à me regarder pour que je traduise ce que vient de dire mon fils. L’orthophoniste ne peut pas travailler avec lui sa diction avant qu’il ait 6 ans. Mais lui aussi a été très clair ! Il faut absolument qu’il arrête la tétine tout de suite.
  • Et enfin, même discours de l’orthodontiste ! Façon, m’a-t-il dit, l’âge idéal c’est 2 ans, voire 3 ans, mais après, c’est de plus en plus compliqué pour les faire arrêter !

Et puis, même moi, je n’en pouvais plus de le voir avec une tétine dans la bouche, et sur les photos, on n’en parle même pas. Et je ne comprends rien non plus quand il parle avec.

Depuis 6 mois, je lui ai interdit de la prendre en dehors du lit et des trajets en voiture. Il a fini par accepter mais au final, il passait les ¾ du temps dans son lit, le voyou, et était le plus heureux du monde dès qu’on parlait de trajets en voiture !

J’ai essayé plein de choses pour lui faire arrêter la tétine : la douceur, l’énervement, la discussion, les livres sur le sujet, le chantage au Père Noël et, bien sûr, la fameuse fête de la tétine qui a si bien marché pour mes jumeaux à 3 ans. Le principe : on fixe ensemble une date à l’avance et on organise une petite fête avec les grands-parents (ou qui vous voulez) ! On danse, on s’amuse, on jette les tétines et l’enfant reçoit des petits cadeaux !

Bref, j’étais sûre de mon coup avec cette fête, lui qui passe sa vie à regarder les magazines de jouets et à nous passer des commandes toute l’année pour son anniversaire. « La fête de la tétine », je lui réponds ! Mais non, ça ne le motivait pas du tout. Il a fini par vraiment s’énerver « Mais laissez-moi tranquille avec cette tétine ! Je n’ai pas du tout envie d’arrêter et juste d’en parler, ça me donne envie de pleurer ». Je l’ai entendu, et j’ai effectivement arrêté de l’embêter avec ça depuis plus de 6 mois ! Il arrêtera quand il sera prêt et tant pis si personne ne le comprend quand il parle !

Et puis, il y a environ 2 semaines, il m’a supplié de lui organiser une « pyjama party » avec son meilleur ami. J’étais d’accord, la mère du copain aussi, sauf qu’au passage, elle m’a quand même précisé que son fils avait un sommeil très difficile en ce moment. Qu’il se réveillait toutes les nuits à minuit et avait beaucoup de mal à se rendormir.

SUPER ! Bon, je crois qu’on va attendre un peu ! Sauf que mon fils ne m’a pas lâché avec ça ! Tous les jours, il me réclamait son copain à dormir et tous les jours je lui expliquais pourquoi ce n’était pas possible.

Et puis, jeudi dernier, je ne sais pas pourquoi (surement l’énervement qu’il me pose la même question en boucle), j’ai fini par lui dire sans même réfléchir : « Façon, t’es trop petit pour une pyjama party, regarde, t’as encore ta tétine ! » Sachant qu’il a déjà invité une copine à dormir, ça n’avait aucun sens. Sur le coup, il n’a rien dit, d’ailleurs, je m’en suis voulue d’avoir dit ça et je lui ai expliqué pour la 100ème fois que son copain avait beaucoup de mal à dormir la nuit et que c’était compliqué pour le moment de l’inviter.

Le soir venu, il a posé la tétine au pied de son lit et m’a dit : « Maman, je crois que je vais essayer d’arrêter la tétine. Mais je ne suis pas encore sûr, donc là, je fais juste un essai et je garde la tétine à côté de moi ». Je lui avais déjà proposé plein de fois de faire ça mais il ne tenait jamais plus de 10 5 2 secondes. Je n’y croyais pas ! 30 mns plus tard, il dormait sans avoir repris sa tétine. Même scénario le lendemain. Nous sommes ensuite partis en week-end et on s’est bien fait au total 7 heures de voiture. Je savais à l’avance qu’il allait hurler pour sa tétine donc je l’avais prise discrètement dans mon sac ! RIEN ! Il n’en a même pas parlé !

Quelle force et quelle détermination ! Mon fils m’a impressionnée !

C’était insoupçonnable ! Comme quoi, on croit connaitre ses enfants et ils peuvent vraiment, à tout moment, nous surprendre et nous émerveiller.

De retour à Paris, malgré la fatigue du week-end, il nous a encore bluffés.

Il nous a appelés avec Super Papa dans la cuisine. Il a pris toutes ses tétines, il a coupé chacune des téterelles une par une avec des ciseaux, et il a tout jeté à la poubelle avec un énorme sourire !

« Alors ? Vous êtes supers fiers de moi ?! » nous a-t-il dit !

Oh que oui, on l’était ! TELLEMENT !

Depuis hier soir, il ne nous parle même plus du fameux copain qu’il voulait inviter, mais juste de la fête de la tétine qu’il avait bien gardé en tête ! C’est prévu pour mercredi avec un beau légo en cadeau. Et du coup, il regarde son catalogue de jouets en permanence ! 😊

tétine

Et chez vous alors, comment s’est fait l’arrêt de la tétine pour votre ou vos enfants ?

Attention, attention

Oui, oui, je sais, je laisse complètement mon blog à l’abandon, et tu finis pas être fâchée et même, par ne plus venir. Mea Culpa. Sauf que, comme tu le sais, l’hiver a été rude pour nous tous, et 2 bébés souvent malades, ça prend du temps. Et puis, à côté de ça, j’ai pas chômé non plus. Comment ça, je me fous de toi ? Bon, ok, à petits pas, tout doucement, mais j’essaye d’avancer et de me la jouer « business maman ». Et puis, qu’est-ce que tu crois ? Je travaillais avant l’arrivée des 2 fripouilles, et ça commence à me manquer, autant pour mon esprit que pour la quantité de couches à acheter. Depuis quelques temps déjà, l’idée est là, j’y crois beaucoup, et j’ai envi de me lancer seule, de monter mon petit business à moi. Sauf que c’est pas si facile que ça. Depuis des mois et des mois, j’avance, je fouille, j’explore, je consulte, je business plan, et même que je voyage…pour mettre tout ça en pratique.

Rien n’est encore finalisé, la boutique en ligne n’est pas encore créée ni rien, sauf qu’aujourd’hui, j’ai envie de passer à l’action, et de te montrer un peu de concret.

Alors, attention, attention, la semaine prochaine, sur ce blog, j’ai décidé de te montrer mon projet et de le vendre en avant-première. Et puis, pour être honnête, ça va être aussi un petit test pour moi, et voir si j’ouvre vraiment la boutique. Donc là, pendant environ 1 mois, ça sera comme ça, entre nous. Mais bien évidemment, je te tiendrais au courant de l’évolution.

Bien sur, si l’idée te plait, n’hésite pas à faire circuler l’info, mon avenir de business maman va se jouer très bientôt. Mais non, je te mets pas la pression, je fais que décharger mon stress.

Ca sera en ligne, semaine, prochaine, mais je ne sais pas quel jour.

A part ça, tout le monde va bien ici, et demain, je te fais un compte-rendu de nos vacances.

A la folie, pas doudou

tétinesMise à part une semaine de vacances un peu fatigante pour les parents, cette semaine a été avant tous pour nos jumeaux une grande période de doudous et nana.

Y a pas si longtemps, qu’est-ce que j’étais contente de raconter que chez nous, y avait aucun doudou, et que tout ça était bien pratique. Bah oui, paraît que ça se déclare vers 8 mois ces trucs là, et vers 12 mois, ils avaient toujours rien, c’est bon, j’étais sauvée !

Bon ok, depuis le début y a tout de même la tétine, c’est vrai, mais surtout à cause de nous, faut dire que quand y a 2 bébés qui pleurent et qui se réveillent entre eux, t’as vite tendance à mettre le bouchon : et hop, c’est bon, c’est fermé ! Voir même dans les premiers temps, à la limite des menaces : « MAAAAAAiiiiiiis, tu vas la prendre cette tétine, j’en peux plusssssssss ! »
La solution de facilité. Mais ils n’ont jamais été vraiment accros, la tétine était là pour la nuit, la sieste et les moments de repos.

Et puis à côté de ça, le fameux lange, mais si, tu sais, le tissu blanc que tu mets sur l’épaule pour éviter que ton pull prenne le surplus du repas de ton bébé. Et bien, là encore, je crois que j’ai carrément abusé. A cause de leur gros problèmes de régurgitations, j’en mettais depuis leur naissance un partout sous leur tête : dans le lit, le transat, sur moi, etc…

Lire la suite