La trahison

smileyCe matin, nous nous sommes rendus tous les 4 chez le pédiatre au coin de la rue. J’avais pris rendez-vous pour le fameux rappel du vaccin : 2 piqûres, 2 bébés, 4 hurlements, non, franchement, je n’avais pas la force d’assurer toute seule. En plus, little girl n’était vraiment pas en forme depuis quelques jours, je ne voulais pas qu’elle patiente toute seule en attendant son frère. Super papa a donc prévenu le boulot qu’il serait un peu en retard. Franchement, c’est vrai, le pédiatre toute seule avec les 2, j’ai un mal fou, je crois que je suis pas encore prête pour ça. Bref, pour le coup, c’était réglé. On commence, par little girl, qui, comme je le disais, n’est pas en forme. Y aura pas de vaccins pour elle, mais juste une rhino et une double otite !! Pauvre petit amour tout malade. Mais, non, t’inquiète, je l’ai dit, y a des périodes un peu dures comme ça, mais je sais que ça va finir par se calmer, et aucun de nous 4 sera malade.
Le pédiatre me demande si, du coup, on fait quand même le vaccin à little boy. Et comment ! Un sur deux, c’est très bien, la prochaine fois, je pourrais assurer seule le coup.
Vint le tour de little boy. Déjà, le peser ou juste palper son ventre, pour lui, c’est l’enfer, le pire de ses cauchemars. A peine voit-il de loin le pédiatre qu’il connaît très bien, qu’il se met à pleurer. Mais là, aujourd’hui, je savais que ça allait être encore plus dur.


Super papa l’a pris dans ses bras, au balcon comme on dit. D’un côté le doc préparait la méchante piqûre, et de l’autre, sa maman qui faisait tout pour le rassurer. C’est parti, avec les gestes et tout et tout : « Dans la forêt un grand cerf, regardait par la fenêtre, un lapin… ». Little boy me regardait en souriant, avec tellement de gentillesse, que ça m’a fait chaud au cœur. C’est comme s’il me disait, à moi, la pire casserole qui existe sur terre : « merci maman, ta voix est si belle, si douce, merci maman d’être là… », jusqu’à ce que son visage se décompose et devienne tout rouge. Son sourire a pris la forme inverse vers le bas, des grosses larmes ont surgi sur ses joues, et moi toujours derrière « ouvre moi, ou le chasseur me tuera. Lapin, lapin… ».

Et c’est là, pour la première fois, que j’ai lu ces mots horribles dans son regard apeuré. Il le criait tellement fort que ça m’a donné des frissons. « Maman, je te faisais confiance, pourquoi tu m’as fait ça à moi, traîtresse !! Pourqqqqqquoiiiiiiii ? J’avais mis toute ma confiance en toi, rien ne pouvait m’arriver, tu me protèges de tout, et surtout, tu ne peux pas me mentir, pas à moi !! C’est fini, je te croirai plus jamais !! »

Mais si je te le dis qu’il a pensé tout ça, pourquoi tu me crois pas ? Ca y est, j’ai une réputation de menteuse maintenant, génial.

Cette scène a duré à peine 5 secondes, et pourtant, ça a été très fort. Combien de fois devrai-je leur mentir pour les protéger ? Combien de fois devrai-je faire semblant devant eux ? Est-ce qu’encore, je verrai le sentiment de  trahison dans leurs regards ?

Je ne sais pas tout ça, je le découvre chaque jour. Et chaque jour, un sentiment que je ne connais pas fait surface. C’est tout aussi magnifique qu’effrayant.

Une réflexion sur “La trahison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *